Expédition le jour même et livraison en 48 heures 🚚

Smartphone et réseaux sociaux, le monde persistant 2.0

🔥  

Hint : le no-life de 2018 n'est pas un PGM de World of Warcraft.

Je me souviens avoir découvert cette notion de monde persistant lorsque j’ai commencé à jouer à World of Warcraft il y a quelques années de cela… Il y a douze ans pour être exact.

Un monde persistant est un univers virtuel, un environnement pour un jeu de rôles en ligne. Sa particularité est qu’il est «persistant», c’est-à-dire qu’il ne cesse jamais d’exister. Il évolue en permanence, même quand le joueur se déconnecte. 

Popularisée par World of Warcraft ou encore Second Life, cette notion de monde persistant a aussi fait naître le terme de « No Life ». Effectivement, les joueurs « hardcore » de jeux vidéos en ligne étaient traités de « No Life » en raison du grand nombre d’heures qu’ils passaient en ligne à jouer ou à naviguer sur des forums. Le « No Life » est donc celui qui passe trop (qu’est-ce que trop ?) de temps derrière un écran de pixels.
 

Mais douze ans après la sortie de World Of Warcraft, la technologie nous a fait entrer dans un monde qui ne s’arrête jamais de produire du contenu et qui est infiniment connecté. Notamment à cause du petit écran de pixels que nous avons dans nos poches, ce petit écran qui nous gave de dopamine à chaque moment où nous nous sentons seuls ou dans l’ennui.

Par exemple, il y a encore quelques années, vous étiez obligé d’attendre le matin (9h00 ou plus) pour avoir les informations du jour, soit en allant chercher le journal chez votre buraliste, soit en allumant la télé à l’heure du premier journal télévisé. Aujourd’hui il vous suffit d’accéder à Twitter et de rafraîchir vos feeds (dès le réveil), peu importe le jour de la semaine, peu importe l’heure de la journée ou de la nuit.

Il n’existe plus de barrière entre le temps de travail et le temps « libre ». Nous pouvons continuer à travailler en permanence, souvent au détriment de notre bien-être. Certains choisissent (ou sont obligés) de travailler non-stop pour survivre dans cet environnement ultra-compétitif, qui ne ralentit jamais.

Et c’est là que l’analogie avec les joueurs de World of Warcraft prend tout son sens. Pour gagner, il faut jouer toute la journée et toute la nuit, au détriment de nos heures de sommeil. C’est pourtant à partir du moment où nous commençons à grappiller du temps de sommeil que nous devenons des « No Life ».

Effectivement, nous passons nos vies à travailler et à consommer. Nous travaillons pour gagner de l’argent et cet argent nous permet de consommer. Et si vous pensez que vous n’êtes pas en train de consommer lorsque vous êtes devant Netflix, vous vous trompez.

C’est un fait, nous dormons de moins en moins (en moyenne une heure de moins qu’il y a 25 ans : Insee) et nous passons de plus en plus de temps devant nos écrans (4h07/jour en 2018, contre 2h47/jour en 2013).

 

On voit donc apparaitre des pathologies liées au stress et à l’anxiété comme la notion de FOMO (Fear Of Missing Out), c’est-à-dire la peur de manquer quelque chose. Cette peur est particulièrement nourrie par certains aspects de la technologie moderne, tels les smartphones et les réseaux sociaux, où l’utilisateur peut continuellement comparer son profil à celui des autres (wikipedia).

What’s next ? Imho on va réaliser qu’on est en train de devenir des “No Life” et qu’il est nécessaire de se déconnecter. Il pourrait même que ça devienne cool de se déconnecter (Ed sheeran n’a plus de téléphone depuis plus de deux ans : lire l’article sur teenvogue).

Personnellement, j’ai arrêté de jouer à World Of Warcraft (il y a quelques années…) alors que j’y ai été accro. Je suis persuadé qu’un jour je réussirai à me détacher de mon téléphone ou à contrôler mon utilisation. Mais pour l’instant, je retourne consulter mes DM instagram et je continue à utiliser Le Planner pour m'organiser et atteindre mes objectifs, chaque jour.

DM me : @jeremyzacch

Et jetez un oeil par ici 1026 : on veut vous aider à mieux vivre, parce qu’on sait qu’en 2018, c’est pas simple.