Expédition le jour même, livraison en moins de 48 heures 🚀

La méditation vous rend surhumain(e)

🔥
Le guide le plus compréhensible pour commencer à méditer, dès maintenant

meditation-pouvoirs-1026-surhumain

"Le meilleur moyen de motiver quelqu'un à faire quelque chose est de lui prouver scientifiquement que cette chose est nécéssaire". 

Voici donc 21 raisons de pratiquer la méditation validées par la science.

1- Sérénité et bien-être. L’activité de notre cortex cérébrale est directement liée à notre niveau de bien-être. Des scientifiques ont mis en évidence que le ratio entre l’activité du cerveau droit et du cerveau gauche est plus élevée chez les personnes qui méditent.

2- Expertise du langage corporel. Lama Osen, main droite du Dalai Lama est plus habile que les agents du FBI pour lire les micros-expressions de visages d’une personne. Cette expertise est directement liée à l’empathie que Lama Osen a développé en pratiquant la méditation.

3- Empathie. Notre faculté à percevoir les sentiments des autres est directement associée à notre niveau d’empathie. Lama Osen est l’humain le plus doué au monde pour détecter les expressions et les sentiments des autres.

4- Fonctions cognitive ultra-rapide. La capacité à lire ces micro-expressions et l’empathie dont fait preuve Lama Osen est directement liée à sa capacité cognitive et sa concentration accrue développée grâce à la pratique de la méditation.

5- Suppression de la réaction de sursaut. Grâce à la méditation, la réaction de sursaut pourrait disparaitre. Cette réaction de sursaut est présente chez chacun de nous. C’est un réflexe naturel, même les policiers les plus entrainés clignent des yeux lorsqu’ils appuient sur la gâchette. Les scientifiques ont longtemps pensé que cette réaction de sursaut était inévitable chez tout être humain.
Lama Osen est la première personne à ne pas avoir montré de réaction de sursaut. L’effet de la méditation le rend si relaxé et si concentré que rien ne le ferait sursauter. Effectivement, Il y a une forte corrélation entre le niveau d’anxiété d’une personne et sa facilité à générer des réactions de sursaut.

6- Réduction de l’anxiété. Les études sur Lama Osen sont limitantes. Ce moine pourrait avoir un don génétique. De plus il pratique la méditation depuis plus de 30 ans ... Cependant, les bénéfices de la méditation sont présents sur des sujets qui ont médité bien moins de temps que Lama Osen. Des études sur un échantillon de personne ont montré l’efficacité de la méditation sur l’anxiété. Le groupe choisi a été formé à la méditation sur un programme de 8 semaines. On a ensuite comparé ce groupe de personnes à un autre groupe similaire n’ayant pas médité. Une réduction du stress et de l’anxiété a clairement été identifiée sur le groupe ayant suivi le programme.

7- Meilleure humeur. Le groupe ayant suivi le programme de méditation a vu un changement marqué de leur ratio cérébral gauche-droit. Leurs émotions positives ont augmenté tandis que leurs émotions négatives ont diminué.

8- Amélioration du système immunitaire. Durant le panel comparatif, les participants se sont fait injecter le virus de la grippe afin de voir la réponse de leurs système immunitaire. Les personnes ayant suivi le programme ont montré une réponse plus forte de leur système immunitaire et ont vaincu le virus plus rapidement.
Les bienfaits de la méditation ne sont donc pas seulement psychologique, ils sont aussi physiques.

9- Réduction du risque et ralentissement des maladies neurodégénératives. Une étude menée par le centre de 'Beth Israel Deaconess Medical Center' a montré que les changements qu’entraine la méditation sur le cerveau jouent un rôle important dans le ralentissement de l'évolution des maladies cognitives comme Alzheimer ou autres démences. Après 8 semaines de méditation basées sur la réduction du stress, les patients atteints d’Alzheimer ont réduit la vitesse d'évolution de la maladie. De plus, leur niveau de bien-être a augmenté, ce qui peut faciliter la guérison par la suite.

10- Accélération de l’apprentissage. Le professeur Georges Youmans de l’université de Georges Mason a sélectionné un groupe d’étudiants et leur a demandé de méditer avant chaque cours pendant une année entière. Aux examens finaux, ces étudiants ont obtenu des résultats significativement supérieurs par rapport aux étudiants n’ayant pas médité. Ils ont mit en évidence que la méditation permet d’augmenter la concentration et la mémoire, même à court terme.

11- Réduction de la tension. Un français sur trois aurait une tension trop élevée, ce qui augmente les risques de maladie cardio-vasculaires, d'AVC etc … L’université du Kentucky a conduit une étude qui a mis en évidence que la méditation transcendantale serait aussi efficace que les médicaments servant à réduire la tension, sans les effets indésirables liés aux traitements médicamenteux. D’autres études sont nécessaires afin d’admettre que les autres formes de méditations ont un impact significatif sur la réduction de la tension, mais la plupart des scientifiques ayant conduit l'expérience en sont convaincus.

12- Augmentation de l’attention. Toute personne ayant déjà médité sait que se concentrer sur une chose est plus difficile que cela en a l’air. Une expérience récente a montré la corrélation entre une attention accrue et la pratique de la méditation. Un groupe de chercheurs a sélectionné 60 candidats puis les a séparé en deux groupes. Un des deux groupes a effectué une retraite de trois mois afin d'apprendre à méditer. Ce groupe ayant médité a montré une augmentation de l’attention très accrue après la retraite. Cette augmentation de la capacité de concentration a perduré plus de 5 mois après la retraite. La méditation augmente la capacité de concentration et la résistance aux distractions. Ce qui accélère l’apprentissage et augmente la productivité.

13- Moins de solitude. Le sentiment de solitude et d’exclusion sociale détruit notre santé physique et mentale, particulièrement chez les adultes. Une étude sur des quarantenaires a montré qu’après seulement 30 minutes de méditation par jour pendant 8 semaines, le sentiment de solitude baisse ainsi que les risques de maladies inflammatoires. Les chercheurs ont utilisé l’analogie suivante : “La méditation a le même effet sur le cerveau que la salle de sport sur vos biceps”.

14- Combattre les addictions. La méditation a permis de réduire la consommation de tabac d’un groupe d’étude d'environ 60%. L’objectif de l’expérience n’était pas de leur faire arrêter la cigarette. Cependant, l’augmentation du contrôle de soi et de la régulation des émotions leur ont permis de contrôler leur consommation.

15- Résistance à la douleur. Une expérience sur 13 personnes ayant pratiqué la méditation pendant plus de 1000 heures a montré que leurs résistance à la douleur était de 18% supérieure à la normale. Un exemple extrême : cette photo d’un moine vietnamien qui n’a pas bougé, ni crié après s’être volontairement immolé. La bonne nouvelle est qu’il n’est pas nécessaire de méditer pendant des centaines d’heures pour réduire cette sensation de douleur. 20 minutes de méditation par jour pendant trois jours ont montré une réduction durable de la douleur.

16- Syndromes post-traumatiques. Notre cerveau est un organe magique. La plasticité neuronale nous permet de faire évoluer notre cerveau, pour le meilleur comme pour le pire. C’est le cas des syndromes post-traumatiques : suite à un choc émotionnel, notre cerveau est reconfiguré, la méditation a le pouvoir de retourner cette situation. Une étude de l’université du Michigan sur des ex-militaires a montré que la pratique de la méditation réduit les effets des chocs post-traumatiques en réduisant l’anxiété et le stress.

17- Sommeil plus profond. Une étude sur 11 patients souffrant d’insomnie a montré que la méditation augmentait considérablement leur qualité de sommeil. Les cycles, la qualité et le temps de sommeil s’améliorent avec la pratique régulière de la méditation.

18- Mémoire visuel. La mémoire visuelle ne dure que quelques secondes chez la plupart d’entre nous. Effectivement, si vous fixez un objet pendant un moment, les détails de ce dernier ne resteront imprimés dans votre mémoire que 10 à 15 secondes. Certains moines sont capables de mémoriser une image complexe plus d’une minute.

19- Résistance aux distractions. Des chercheurs du MIT et d’Harvard ont mis en avant que la pratique de la méditation augmente le rythme alpha du cerveau chez les pratiquants. Le rythme alpha est une activité cérébrale qui permettrait de résister aux distractions et de rester concentrer.

20- Contrôle du système nerveux autonome. Le système nerveux autonome contrôle les fonctions non soumises au contrôle volontaire, comme la digestion, la cicatrisation etc. Les pratiquants de méditation ont un système nerveux autonome plus performant que la moyenne. Cela entraine un meilleur fonctionnement du corps de façon générale.

21 - Une peau plus nette. De nouvelles recherches ont montré que le stress a un impact énorme sur les maladies de peau, comme l’acné ou le psoriasis en augmentant les symptômes et l'évolution de ces maladies. Nous savons que méditer est un des moyens les plus efficaces pour réduire le stress. Méditer impacte indirectement la qualité et la netteté de notre peau.

Conclusion. Voici 21 raisons qui prouvent scientifiquement que la méditation nous rend sur-humain. En réalité, nous aurions pu en lister plus de 100 ! De nouvelles recherches prouvent sans cesse que la méditation améliore notre vie et nos interactions avec les autres. La méditation existe depuis plus de 2500 ans mais n’a jamais été prise au sérieux jusqu’à récemment. Lancez-vous !
 

Voici LA méthode simple pour commencer à méditer dès maintenant.

1. Quel est l'objectif de la méditation ?

L'objectif principal de la méditation est de développer votre équanimité, c’est-à-dire votre capacité à résister aux distractions. À la suite de cette lecture vous serez en mesure de réaliser vos premières sessions de méditation.

2. La bonne position pour méditer

Asseyez-vous dans une posture confortable, le dos bien droit et la tête légèrement relevée. De préférence sur un coussin de méditation ou un matelas de yoga.

Si vous ressentez une quelconque douleur aux genoux ou au dos, concentrez-vous lentement sur cette douleur pour en prendre pleinement conscience, maintenant bougez légèrement pour soulager cette tension. Il est important que vous vous sentiez complètement relaxé, au point même de pouvoir vous endormir dans cette position. Si ce n’est pas le cas vous pouvez vous asseoir sur une chaise ou vous allonger sur le dos.

Comprenez ceci : dans la bonne position pour méditer, votre squelette représente un porte manteau qui ne sert qu'à soutenir vos poumons.

Vous pouvez ajouter des rituels avant votre session: brulez de l’encens, répétez un mantra ou vos objectifs à voix haute.

3. Les règles du jeu sont simples

Fermez les yeux et concentrez votre attention sur un seul et unique objet. Toute autre chose n’est qu’une distraction. Quand votre attention se sépare de cet objet, prenez conscience de ce qui vous déconcentre : une pensée, une émotion, une sensation, un bruit ou une image. Reconcentrez votre attention sur l'objet.

Les distractions prennent deux formes : plaisantes ou déplaisantes. C'est-à-dire quelque chose que nous aimons, désirons ou des sentiments désagréables et négatifs dont nous devons nous débarrasser.

Tout cela ne représente que des distractions, séparez-vous en et reconcentrez votre attention sur l’objet.

Il peut vous paraître compliqué de rester concentré sur un objet immobile alors que tout le reste de notre environnement est en évolution perpétuelle : c’est l’impermanence. Mais quel est donc cet objet sur lequel concentrer notre attention ?

C’est simple. Prenez un objet qui est en flux permanent, un objet qui a été utilisé depuis la création de la vie, un objet que vous avez toujours avec vous.

Cet objet c'est la sensation physique et naturelle de votre respiration. Voilà l’objet sur lequel vous devez vous concentrer. 

4. Comment respirer ?

Si vous êtes débutant, respirez avec le ventre en concentrant votre effort autour du nombril.

Concentrez votre attention sur votre respiration, sur l'air qui rentre et qui sort de votre corps. Chaque fois que votre attention se sépare de votre respiration, prenez conscience de ce qui vous distrait. En quelques sessions votre capacité de concentration va augmenter.

Une fois que vous sentez que vous êtes capable de rester concentré plus longtemps, essayez de ressentir la sensation de respiration sur vos narines. La sensation est plus dure à ressentir, votre concentration doit donc être supérieure pour passer à cette étape.

Gardez à l’esprit que tout autre sensation est une distraction. Vous vous sentez bien ? Reconcentrez vous sur votre respiration. Vous entendez un bruit au loin ? Reconcentrez-vous sur votre respiration.

Vous devez considérer chaque moment où vous n’êtes plus concentré sur votre respiration comme une distraction.

À chaque fois que vous remarquez une distraction, vous faites du progrès.
Avant de commencer, vous pouvez faire disparaitre les tensions de votre corps avec un exercice simple :

Inspirez profondément en levant vos épaules vers vos oreilles, descendez ensuite vos épaules vers l'arrière tout en expirant. Réalisez ce mouvement doucement. Réalisez ce mouvement 5 fois dans ce sens et 5 fois dans le sens inverse.

Écrit, traduit et adapté par Jérémy Zaccherini


Réagissez à cet article sur Twitter, sur Facebook ou en commentaire ↓


References

1. ↑ Decision Making: A. C. Hafenbrack, Z. Kinias, S. G. Barsade. Debiasing the Mind Through Meditation: Mindfulness and the Sunk-Cost Bias. Psychological Science, 2013; 25 : 369 DOI:10.1177/0956797613503853

2. ↑ Slowdown Neurodegenerative Diseases: Rebecca Erwin Wells, Gloria Y. Yeh, Catherine E. Kerr, Jennifer Wolkin, Roger B. Davis, Ying Tan, Rosa Spaeth, Robert B. Wall, Jacquelyn Walsh, Ted J. Kaptchuk, Daniel Press, Russell S. Phillips, Jian Kong. Meditation’s impact on default mode network and hippocampus in mild cognitive impairment: A pilot study. Neuroscience Letters, 2013; 556: 15 DOI: 10.1016/j.neulet.2013.10.001

3. ↑ Creativity: Lorenza S. Colzato, Ayca Ozturk, Bernhard Hommel. Meditate to Create: The Impact of Focused-Attention and Open-Monitoring Training on Convergent and Divergent Thinking. Frontiers in Psychology, 2012; 3 DOI:10.3389/fpsyg.2012.00116

4. ↑ Accelerate Learning:  Jared T. Ramsburg, Robert J. Youmans. Meditation in the Higher-Education Classroom: Meditation Training Improves Student Knowledge Retention during Lectures. Mindfulness, 2013; DOI: 10.1007/s12671-013-0199-5

5. ↑ Attention Span: Katherine MacLean, Clifford Saron, B. Alan Wallace et al. Intensive Meditation Training Improves Perceptual Discrimination and Sustained Attention.Psychological Science.

6. ↑ Loneliness: J. David Creswell, Michael R. Irwin, Lisa J. Burklund, Matthew D. Lieberman, Jesusa M.G. Arevalo, Jeffrey Ma, Elizabeth Crabb Breen, Steven W. Cole.Mindfulness-Based Stress Reduction 
Training Reduces Loneliness and Pro-Inflammatory Gene Expression in Older Adults: A Small Randomized Controlled Trial. Brain, Behavior, and Immunity, 2012; DOI:10.1016/j.bbi.2012.07.006

7. ↑ Self-Control: Y.-Y. Tang, R. Tang, M. I. Posner. Brief meditation training induces smoking reduction. Proceedings of the National Academy of Sciences, 2013; DOI:10.1073/pnas.1311887110

8. ↑ Pain: Grant, Joshua A., Rainville, Pierre. Pain Sensitivity and Analgesic Effects of Mindful States in Zen Meditators: A Cross-Sectional Study. Psychosom Med, 2009 71: 106-114 [link]]

9. ↑ PTSD: Anthony P. King, Thane M. Erickson, Nicholas D. Giardino, Todd Favorite, Sheila A.M. Rauch, Elizabeth Robinson, Madhur Kulkarni, Israel Liberzon. A Pilot Study of Group Mindfulness-Based Cognitive Therapy (MBCT) for Combat Veterans with Posttraumatic Stress Disorder (PTSD). Depression and Anxiety, 2013; DOI:10.1002/da.22104

10. ↑ Visuospatial memory: Kozhevnikov et al. The Enhancement of Visuospatial Processing Efficiency Through Buddhist Deity Meditation. Psychological Science, 2009; DOI:10.1111/j.1467-9280.2009.02345.x

11. ↑ Distractions: Catherine E. Kerr, Stephanie R. Jones, Qian Wan, Dominique L. Pritchett, Rachel H. Wasserman, Anna Wexler, Joel J. Villanueva, Jessica R. Shaw, Sara W. Lazar, Ted J. Kaptchuk, Ronnie Littenberg, Matti S. Hämäläinen, Christopher I. Moore.Effects of mindfulness meditation training on anticipatory alpha modulation in primary somatosensory cortex. Brain Research Bulletin, 2011; DOI:10.1016/j.brainresbull.2011.03.026

Traduit et adapté via : comfortpit.com/superhuman-benefits-of-meditation/


1 commentaire

  • @baptiste ceci est un commentaire test

    zacch

Laissez un commentaire