📦 Expédition le jour même et livraison en 48 heures
Appel
09 72 66 02 49
Contact
hello@106.life
Ouverture

Lun-Ven, 9:00-18:00

Lun-Ven, 9:00-18:00

J'ai décidé de faire taire mes critiques intérieures
· · · commentaire

J'ai décidé de faire taire mes critiques intérieures

· · · commentaire

Join the bright side par Michael Elliott Furr

Aussi longtemps que je m'en souvienne, je n'ai toujours eu qu'un seul objectif dans mon viseur : atteindre le succès. De l'extérieur, il pourrait sembler que je suis sur la bonne voie. Et pourtant, je ne me suis jamais autorisé à penser que je posais les briques dans la bonne direction. 

Je ne me suis jamais félicité ou satisfait de ce que j'accomplissais. Toujours à la recherche de performance, je ne savoure pas mes petites victoires, elles n'ont qu'un seul objectif : me mettre sur la route d'une victoire plus grande. 

Lorsque j'ai commencé à courir, cinq kilomètres suffisaient à me mettre à terre, jusqu'à réussir à en courir 10 et pourtant, malgré une progression, aucune satisfaction. Je continuais à m'autoflageller pour ne pas être capable de courir plus vite et plus longtemps. Une fois la barre des 20 kilomètres franchie, pas de paillettes, ma seule pensée était de savoir combien de temps il me faudrait pour courir un marathon, sans même me féliciter d'être capable de pouvoir courir un semi. 

Ce même sentiment m'habite quotidiennement dans notre aventure entrepreneuriale avec 1026, nous avons réussi à créer une entreprise rentable dès le premier jour sans lever aucun fonds, on a atteint nos premiers objectifs, dépassé les 75K€ de chiffre d'affaires dès la première année et d'après les prévisions nous devrions plus que doubler ce chiffre pour notre deuxième année d'activité et pourtant, une fois encore, pas une once de satisfaction.

Je regarde la croissance de certaines entreprises, mes yeux s'écarquillent, je me dit qu'on en est encore loin et que je ne suis qu'un entrepreneur médiocre.

Je ne m'accorde aucun moment pour me féliciter, me satisfaire de ce que j'ai ou ce que je fais et je ne prends pas conscience de mes compétences. 

Mais j'ai enfin réalisé que cet état d'esprit était drainant et contre-productif.

Aujourd'hui je commence à comprendre que je ne peux pas continuer à m'auto-saboter en faisant continuellement preuve d'ingratitude envers moi-même.

Je réalise que je dois apprécier le chemin, surmonter les erreurs banales, savourer les victoires anodines et apprécier le moment présent.

J'y travaille. Je m'intéresse à la pleine conscience, à la gratitude et à d'autres concepts souvent considérés comme spirituels. De nature cartésienne, je suis plutôt détaché de toute forme de spiritualité et pourtant, aujourd'hui, j'ai arrêté de croire que seul l'imbécile pouvait-être heureux.

Je considère désormais la gratitude comme un moyen de me détacher de mes objectifs longs termes pour apprécier le processus qui peut m'y amener. 

Cette mentalité m'aide désormais à sortir la tête de l'eau et à apprécier mon quotidien d'entrepreneur. Cette mentalité m'aide à prendre les bonnes décisions, à éviter les raccourcis et à garder en tête la ligne d'arrivée sans en faire une obsession. 

C'est un combat psychologique quotidien et voilà les outils que j'utilise :

1/ J'écris chaque jour une chose envers laquelle je suis reconnaissant. Cela peut-être aussi anodin qu'un café au soleil, un moment de partage ou un objectif business atteint. J'utilise la dernière section quotidienne de notre Planner pour ça. 

2/ J'accorde de moins en moins d'importance à mes pensées négatives. La méditation m'aide à me concentrer sur ce qui compte vraiment : le moment présent. Et lorsqu'une pensée négative apparait, je ne la refoule pas. J'essaye de contextualiser pour ensuite la tourner en dérision. 


Aussi mielleux que cela puisse paraitre, j'essaye de profiter de la vie. J'arrête d'essayer d'être parfait ou de tout faire parfaitement. Je détourne le regard de la ligne d'arrivé pour accorder de l'importance au parcours qui m'y mène et je prends du plaisir à arpenter ce chemin.

Je m'inquiète moins, je souris plus et je continue de suivre ma feuille de route en appréciant un peu plus chaque étape.

Et si toi aussi tu as du mal à faire taire les critiques intérieures, garde en tête qu'aucun artiste n'a créé de chef d'oeuvre dès son premier essai. Alors autorise toi à ne pas être parfait(e) car personne ne l'est 😉!


Voici un lien pour partager cet article : http://bit.ly/faire-taire-les-critiques-interieures